Notre Futur Président et les animaux

La maltraitance animale est devenue un sujet de société. De cause risible elle passe indéniablement à une véritable inquiétude pour beaucoup de français. Ce changement est en partie lié au fait que de plus en plus de personnes sérieuses se prononcent sur le sujet. Finie l’époque où seuls les réacs extrémistes parlaient en faveur du respect des animaux. Ces derniers desservaient bien entendu la cause, assimilant la défense de la cause animale à un mouvement limite anarchiste et en marge de la société.

Vous vous dites peut-être que des questions de société plus importantes méritent d’être abordées avant celle de la protection des animaux… Vous n’avez pas entièrement tort mais notre approche se doit d’être différente. Plutôt qu’une hiérarchie de problématiques, voyons un ensemble de questions qui sont toutes liées les unes aux autres. La question de la protection des animaux est intimement liée à notre santé, notre économie, notre emploi, notre société, notre environnement. 


Cela mène à une autre interrogation, sur laquelle je ne m’étendrai pas ici : quelle approche doit-on avoir face à la cause animale ?

– Abolitionniste ? Je vous parle de mon opinion, cette approche est trop extrême, déconnectée de la réalité, relatant un idéal de société qui paraît impossible à atteindre sans proposer de progression

– Progressiste (je l’appelle ainsi mais certains d’entre vous ne seront peut être pas d’accord) ? Cette approche, plus réaliste, permettrait de proposer des mesures plus douces, pour une transition progressive vers un modèle plus respectueux de la cause animale. Les détracteurs de cette approche lui reprochent (à juste titre) que si nous proposons, par exemple, de régulariser davantage l’abattage des animaux pour diminuer leur souffrance, cela aurait pour effet de moraliser les pratiques qui finalement, ne disparaitraient pas. 


Vous voyez donc le paradoxe dans lequel nous nous trouvons. Soit nous voulons avoir une approche brute et aspirer à supprimer toutes les pratiques violant le bien être des animaux (fermeture de tous les abattoirs, etc), ce qui paraît totalement impossible et utopiste, soit nous y allons progressivement en prenant le risque de moraliser des agissements qui devraient disparaître.

Bref, je digresse. Parlons de nos candidats chouchous. Ils nous promettent tous monts et merveille, meilleure économie, compétitivité de la France, bla bla bla… et nos amis les bêtes? La question peut paraître si triviale lorsque l’on pense à tous les problèmes actuels, le chômage en tête de nos soucis. Simplement, cette quesiton du traitement des animaux est tout sauf triviale. Elle est essentielle, elle nous rattache à notre humanité et à ce qui nous entoure, elle nous ramène à une réalité environnementale préoccupante et à des inégalités entre les populations au niveau mondial qui, encore aujourd’hui, causent des dégâts incommensurables. 


Mais alors… qui écouter ?!

On pourrait faire confiance à Fillon en nourrissant l’espoir que ce brave monsieur décide de traiter les animaux de la SPA comme les fonds publics, en les prenant à son compte et en les redistribuant à sa famille. On imagine bien un troupeau de chiens abandonnés se défouler gaiement dans la cour de l’Elysée. 

Economisons notre salive avec Macron et sa vision totalement alambiquée : « C’est l’éleveur qui pleure quand un animal meurt, pas les gens qui sont dans des associations ». Merci pour votre participation Monsieur Macron. 

Hamon serait-il déjà trop pris à conserver son propre troupeau ?

Le Pen… je ne sais pas ? Sommes-nous à l’abri de la voir confondre un réfugié avec un babouin ?

A la question de la protection des animaux, Artheau répondrait probablement par une non-réponse en nous parlant de la protection des ouvriers….

Une chose est sûre, Asselineau serait imbatable à réciter le sort des animaux prévu par les traités européens et la farandole de règlements et directives qui émanent de l’UE. 

On sait tous qu’il y a au moins une cochonne qui plait à Lassale. Reste à espérer un mouvement de solidarité.

Au monde des bisounours, Mélenchon récolte de la spiruline pour ses amis les végétaliens… rien à ajouter il est donc déjà au sommet. 

Plus sérieusement, chaque candidat a des propositions sur le sujet de la protection des animaux, et proposent tous des changements dans nos pratiques actuelles, qu’il s’agisse du sort des animaux domestiques ou d’élevage. Les paragraphes qui suivent ne recenssent pas exhaustivement les engagements des candidats, mais vous donnent une idée de l’approche de chacun face à la problématique. 

M. Hamon

Commençons par Monsieur Hamon. Il a évoqué l’idée de proposer un menu alternatif végétarien dans les restaurants scolaires, tout comme Monsieur Dupont-Aignan et, évidemment, Monsieur Mélanchon. Un point très important sur lequel Monsieur Hamon a presque pris position : l’abattage sans étourdissement préalable. Il ne s’engage pas à l’interdire mais évoque le sujet, ce qui est un début. Il prévoit également la création d’un Comité d’Ethique des Abattoirs… en vue de mettre fin à la souffrance animale, dit-il. Fort bien, mais la fin de la souffrance animale ne rime-t-elle pas avec la fermeture des abattoirs ? 

Il souhaite également promouvoir le développement de méthodes de recherches non-animales. 

Vous voyez là toute la beauté de la situation paradoxale qui s’impose lorsque nous prenons des considérations abolitionnistes ou progressistes. Avec cette dernière mesure, Monsieur Hamon a un approche progressiste très douce. 

Mme Le Pen

Surprise, Marine Le Pen a des proposition intéressantes et il faut espérer que d’autres candidats plus mesurés auront, eux aussi, une approche très pragmatique sur le problème institutionnel. En effet, le sort des animaux, au niveau gouvernemental, est principalement laissé au ministère de l’agriculture. Voyez la situation grotesque et le conflit d’intérêt que cela créé. Mme Le Pen propose donc création d’un organe autonome et indépendant spécialement chargé de cette question, qui associera les ministères de l’Agriculture et de l’Environnement, les acteurs privés, publics et associatifs de la protection animale. Cet organisme pourra ainsi saisir le gouvernement de tous les sujets relatifs à la protection animale.

Comme M. Hamon, Marine Le Pen souhaite combattre la pratique de l’abattage sans étourdissement préalable. Comme ce dernier, elle propose aussi le développement de méthodes de recherche non-animales. 

Ce n’est pas tout, Mme Le Pen semble également pencher pour une « diplomatie écologique qui fait de la protection animale l’un de ses combats ». Elle s’engage également à fermer les fermes à fourrure. Et ce n’est pas tout. un florilège de propositions peut lui être attribué, le tout plaidant pour la protection des animaux. La chasse, en revanche, est un sujet un peu plus délicat. Les grandes traditions reviennent à grand pas !

M. Macron

Là, ça chauffe. Avec lui les animaux auraient-ils 30 millions d’ennemis ? 

M. Macron considère que la création d’un organe indépendant visant à traiter de la défense animale n’est pas une solution. Il a aussi avoué que la voix des lobbies chasseur était importante pour lui… (incroyable…). Evidemment, il a publiquement affiché son mépris pour les associations dénonçant les maltraitances faites aux animaux. À partir de là, difficile d’avoir envie de l’écouter davantage. Même s’il est vrai que certaines associations, extrémistes et maladroites dans leurs revendications desservent la cause animale, nous sommes en droit d’attendre que M. Macron soit plus intelligent et sache faire la part des choses. Non, semble-t-il…

Disons le haut et fort, M. MACRON EST TOUT À FAIT À L’AISE AVEC UN MODE D’ÉLEVAGE INTENSIF… Je répète M. MACRON EST TOUT À FAIT À L’AISE AVEC UN MODE D’ÉLEVAGE INTENSIF……..

Il l’a dit lui même, il a beaucoup d’autre choses à faire avant de s’occuper de la question. Alors au boulot Manu…

M. Fillon

Avec Macron c’était chaud… avec Fillon ça brûle…

Ennemi des animaux bis, le gros méchant loup sort de sa caisse à politique désastre des non-propositions qui mettent la chair de poule. La seule chose de bien, c’est qu’il veut faciliter les admissions d’animaux de compagnie dans les eetablissement type maison de retraite. 

Mais alors, le reste, on se demande quel mouche l’a piqué !! 

Pro-corrida, contre la création d’un organe indépendant visant à protéger les animaux, il souhaite faciliter l’accès au permis de chasse…

Il s’est tout de même prononcé pour une meilleur surveillance des abattoirs. À voir…

M. Mélanchon

Vous l’aurez compris je garde le meilleur pour la fin. Il l’a dit à plusieurs reprises … « La considération des animaux avec respect va de pair avec le souci d’une société apaisée, en harmonie ». Cela paraît peut-être déconnecté pour certains d’entre vous, mais c’est justement parce que c’est tout son contraire et que nous sommes nous mêmes déconnectés de cette réalité et de ces faits. 

M. Mélanchon a une politique ficelée et cherche une cohérence entre ses propositions pour une meilleure économie et un meilleur traitement des animaux. Il est donc difficile de faire un florilège de ses propositions. Ce candidat est le seul à dire, noir sur blanc, que la consommation de viande doit être réduite si nous souhaitons diminuer notre impact sur l’environnement. 

Tout paraît donc en accord dans sa politique, avec un seul point restant à éclairer : la corrida. 

Cet article ne prétend aucunement vous donner la liste exhaustive de tous les candidats. Je tenais à vous donner un aperçu des positions prises par les différents candidats sur la question générale du bien être et de la protection des animaux. Leur façon d’aborder le sujet est aussi un moyen de cerner le type de personne dont-il s’agit ! Cet article ne parle pas de tous les candidats, et j’en suis navrée, surtout auprès de ceux d’entre vous qui ne s’identifient pas aux candidats mentionnés ci-dessus. Par souci de temps, j’ai voulu privilégier les candidats les plus hauts dans les sondages et j’espère que vous ne m’en tiendrez pas vigueur. 

N’hésitez pas à partager cet article si vous le souhaitez, ce serait un excellent moyen d’en apprendre plus et de lire vos opinions sur le sujet ! 

Laisser un commentaire