Les graisses saturées – Nous ont-ils menti ? Comment les français auraient pu changer la donne.

Les graisses saturées sont votre ennemi (?)

Nous l’avons tous entendu : attention aux graisses saturées et au cholestérol. Les scientifiques, nutritionnistes et médecins semblent tous d’accord sur la question, et le consommateur repose donc toute sa confiance sur ce qu’il entend. Dès lors, nous cherchons tous à limiter notre consommation en matières grasses en sélectionnant des yaourts et boissons sans MG.

Cette mode du « light » a commencé aux États-Unis dans les années 60 et s’est gentiment installée en France. Pourtant, si nous regardons les chiffres sur l’obésité, nous notons qu’elle est en hausse, et que les maladies du coeur et le diabète sont en hausse constante. En effet, 6% des britanniques étaient obèses dans les années 80. Aujourd’hui, la population adulte obèse ou en surpoids représente plus de 25% de la population totale. En France, la proportion des personnes obèses est passée de 8.5% à 14,5% entre 1997 et 2009.

Nous mangeons moins gras et nous sommes plus gras. Il reste donc un autre point qui fait défaut, un autre élément que nous n’avons pas pris en compte… mais lequel ?

Le scientifique ridiculisé, une vérité qui dérange ?

En étudiant la nutrition, le nom de John Yudkin a été mentionné très (trop) brièvement. Ce nutritionniste Anglais est passé de leader à un homme mis de côté après avoir été ridiculisé par ses compères, après avoir émis une théorie fort dérangeante.

Qu’avait osé dire ce Jon Yudkin ? Il a émis la théorie que les graisses saturées n’étaient pas le véritable danger, et a pointé le doigts vers le sucre. Les expériences qu’il avait menées en laboratoires sur animaux et humains laissaient voir une forte corrélation entre les maladies du coeur et la consommation de sucre. Le malheureux ne savait pas que cette théorie allait à l’encontre de celle d’un autre nutritionniste éminent, Ancel Keys.

Une étude de ce dernier avait été mentionnée par le Président américain Eisenhower lui-même, après qu’il a subi une crise cardiaque. Keys pointe le doigt sur les graisses saturées et non sur le sucre. Les propositions de Yudkin allaient donc à l’encontre des siennes et risquaient de porter atteinte à sa crédibilité. Prenez l’égo sur-dimensionné d’un homme, un désaccord et un risque de réputation et nous y voilà, 50 ans plus tard, à diaboliser le gras sans se soucier du reste.

Et les français dans l’histoire ?

Ah, vous l’attendiez cette petite histoire. Non non, je vous assure que ce n’était pas qu’un titre aguicheur… même si je dois vous avouer que j’espérais retenir votre attention avec ce titre pour que vous vous intéressiez à ce sujet. J’essaye de prendre soin de vous !

Afin d’assurer son autorité dans le domaine de la nutrition Keys s’est laissé tenter à des jeux d’influence, un véritable loup politique, et il a aussi tout fait pour avoir un maximum de preuves pour fonder sa théorie. Il y a mis les moyens et a décidé de mener une étude de grande ampleur. Pour cela, il a choisi 7 pays et ses petites mains ont mené des recherches sur les données de ces 7 pays : régime alimentaire, mode de vie, santé des adultes. Cela a duré 6 ans… et les 7 pays choisis étaient l’Italie, la Grèce, la Yougoslavie, la Finlande, les Pays-Bas, le Japon et les États-Unis d’Amérique.

Avec ces données, il a pu établir une corrélation entre la consommation de graisses saturées et les maladies du coeur. Cependant, cette étude et ses résultats peuvent être remis en question sur de nombreux points. En effet, la méthode utilisée – recherche et observation de modes de comportement – n’était pas adaptée au type de recherche. Je n’irai pas vous ennuyer avec les détails, qui sont si pointilleux que certains points m’échappent aussi. De plus, et c’est le point que vous attendiez tous, les pays semblent avoir été sélectionnés arbitrairement et volontairement.

La France est réputée pour consommer des produits gras, nous aimons notre beurre, nos croissants et nos pâtisseries. Pourtant, les résultats sur la France auraient certainement mené à lier la consommation de sucre aux maladies du coeur. Les français ont été mis de côté car les résultats auraient, certainement, contredit ce que cherchais à établir Keys.

Il est évident que si on mène des recherches en ayant déjà en tête ce que l’on veut trouver, le résultat risque d’être biaisé. Le plus choquant est que si l’on regarde les résultats de plus près, il y a bien un lien qui peut être établi entre la consommation de sucre et les maladies du coeur.

La France est l’un des pays qui consomme le plus de graisses saturées, avec, pourtant, des chiffres parmi les plus bas en termes de maladies du coeur. L’Ukraine est le pays qui consomme le moins de graisses saturées et qui a le taux de maladies du coeur le plus élevé…. Il y a un moment où les chiffres parlent, tout de même !

Conclusion

Je ne vais pas encore au bout du raisonnement, ce petit article était simplement un moyen pour moi de vous parler d’un sujet qui me tenait à coeur. Cela rejoint ce que je vous disais ce matin sur Instagram. L’excès est le véritable danger, dans un sens ou dans un autre. Je vous parlerai plus en détail de tout cela dans un prochain article 😉

Nous voyons des régimes high fat low carb (HCLF) et des régimes paleo (le contraire), qui prônent tous une solution à nos problèmes. Pourtant, les français ont une très bonne réputation quand il s’agit du régime alimentaire et de leur mode de vie. Je vous assure ! Combien de fois on m’a dit : toi, tu es française, comment tu fais pour être si mince alors que tu manges du fromage, du beurre, des croissants, etc… C’est tellement gras !

Peut-être que la réponse est dans la question. Tout, dans la modération, qu’on soit vegan, végétalien, carnivore, végétarien ou autre, les données scientifiques dans le domaine de la nutrition sont toujours en changement. Il est parfois difficile de s’ouvrir à ces données car nous nous trouvons alors contredits sur des choses en lesquelles nous croyions fort.

Le tout, c’est de toujours penser à être dans la remise en question quand on lit quelque chose. Voyez vous, John Yudkin ne s’est pas fait entendre tout simplement parce qu’il ne faisait pas le poids face au charisme et à la personnalité de Ancel Keys. Dommage, cela aurait évité bien des catastrophes sanitaires.

Pour la petite histoire, Eisenhower avait arrêté de consommer des produits gras et a fini par mourrir d’une crise cardiaque….

 

One thought on “Les graisses saturées – Nous ont-ils menti ? Comment les français auraient pu changer la donne.

Laisser un commentaire